La condamnation de Dieudonné à 2 mois de prison ferme confirmée

7 Juin 2017

La Cour de cassation a rejeté en majeure partie, ce mercredi 7 juin, le pourvoi introduit par l'humoriste français Dieudonné contre un arrêt de la cour d'appel de Liège le condamnant à 2 mois de prison ferme. L'humoriste controversé avait été sanctionné pour avoir tenu des propos antisémites et révisionnistes lors d'un spectacle à Herstal en mars 2012.

La Cour de cassation a rejeté dans sa majeure partie le pourvoi introduit par Dieudonné. Elle a cassé l'arrêt de la cour d'appel de Liège sur un point seulement, celui qui porte sur la contribution du condamné au Fonds d'aide aux victimes.

Pour rappel, la Cour d’appel de Liège avait rendu son arrêt le 20 janvier dernier dans le dossier de l’humoriste Dieudonné Mbala Mbala (dit Dieudonné) et avait confirmé le premier jugement, soit une condamnation à 2 mois de prison ferme et 9.000 euros d’amende pour des propos discriminatoires antisémites, négationnistes et révisionnistes tenus lors d’un spectacle à Herstal en 2012 à la suite d’une plainte d’Unia, du Foyer culturel juif de Liège et du CCOJB.

Pour Unia, ce jugement venait confirmer la position que nous défendons à savoir que le spectacle dont il est question était de nature à inciter à la haine, à la violence ou à la discrimination. Dieudonné n'a pas juste dérapé. Il a instrumentalisé un spectacle soi-disant humoristique pour construire et diffuser un discours antisémite.

Il n'y aura donc pas de renvoi de l'affaire devant une autre cour (Dieudonné peut toutefois saisir la Cour européenne des droits de l'Homme). La peine de prison ainsi que la peine d'amende prononcées restent exécutoires.