Convictions religieuses ou philosophiques

Une femme voilée se voit refuser l’accès à un bureau de vote ; un jeune homme juif est harcelé en rue parce qu’il porte la kippa ; un homme de confession musulmane n’accepte pas de serrer la main de sa collègue; une école supérieure adopte un nouveau règlement interdisant le port de couvre-chefs ; etc.

Convictions religieuses ou philosophiques

Les convictions religieuses ou philosophiques se rapportent à l'existence ou non d'un dieu ou de divinités. L'athéisme, l'agnosticisme ou la laïcité sont donc également visées ici.

La diversité des convictions religieuses ou philosophiques dans le monde du travail, à l’école, dans les administrations ou dans les médias suscitent, aujourd’hui encore, de vives interrogations.

La législation antiracisme et antidiscrimination permettent de lutter contre :

  • les refus d’embauche ou licenciement, refus de location, dispositions réglementaires touchant au critère  « convictions religieuses et philosophiques » : discriminations directes ou indirectes ;
  • les incitations à la haine, à la violence ou à la discrimination : discours de haine ;
  • les violences diverses, agressions physiques et verbales, harcèlement à l’école, sur le lieu de travail, au sport, sur internet et les médias sociaux : délits de haine.

Que fait Unia ?

Afin de concilier le principe de liberté religieuse avec d’autres droits fondamentaux, notamment dans le secteur de l’emploi, Unia plaide pour la mise en œuvre du concept du «Plus Grand Dénominateur Commun » (PGDC) : au départ d’une demande individuelle liée à des aspects convictionnels (alimentation, adaptations des horaires,…), on offre une réponse qui donne non seulement satisfaction au demandeur, mais qui présente aussi un avantage pour tous. L’objectif étant ainsi d’éviter la mise en place de traitements spécifiques pour une partie de la population.

Unia lutte contre la discrimination liée aux convictions religieuses et philosophiques dans chaque domaine pour lequel il est compétent en :

  • conseillant et accompagnant les personnes discriminées ;
  • menant des actions d'information, de sensibilisation et de formation ;
  • proposant un outil en ligne* sur les signes convictionnels ;
  • informant les employeurs sur la législation antidiscrimination (notamment via la formation en ligne eDiv) et les accommodements raisonnables ;
  • adressant des recommandations aux autorités concernées ;
  • se concertant avec le secteur, les pouvoirs publics et les acteurs associatifs.

* Suite à la récente jurisprudence autour de l’affaire Achbita, cet outil en ligne sera prochainement retravaillé.

Victime ou témoin
de discrimination ?

Signalez-le !

Restez informé-e

Restez informé-e de nos différentes activités :

Suivez-nous sur Facebook et Twitter