Crise de l’asile: comment réagir vous-même aux discours de haine

6 Octobre 2015
Critère de discrimination: Racisme

La crise de l’asile s’accompagne de déclarations empreintes de relents racistes dans les médias, en particulier les médias sociaux. Nous avons ces dernières semaines reçu de très nombreux signalements relatifs à de tels propos, et ne pouvons dès lors répondre à chacun de manière plus personnelle. Le Centre analysera avec attention tous les signalements reçus.

Nous sommes convaincus qu’il faut combattre les mots avec des mots. Il est de la responsabilité de chacun-e de marquer sa désapprobation de ce type de messages et de signaler le danger qu’ils constituent pour la société.

Les messages qui sont portés à notre connaissance relèvent indéniablement d’une forme de xénophobie et de racisme et à ce titre sont moralement condamnables. Nous partageons l’indignation des citoyens qui nous contactent et condamnons sans équivoque les propos que nous lisons et entendons.

Que fait le Centre?

Juridiquement parlant, la plupart ne constituent toutefois pas une infraction. A juste titre, la loi accorde une place très importante à la liberté d’expression. Celle-ci s’applique aussi, selon la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’Homme, aux propos qui heurtent, qui choquent ou qui inquiètent. Seuls les propos qui relèvent de l’incitation à la haine, à la violence ou à la discrimination sont interdits.

Le Centre interfédéral pour l’égalité des chances envisage donc uniquement des démarches judiciaires lorsque des circonstances particulières le justifient. Il s’agit par exemple de propos tenus par des personnes occupant des fonctions d’autorités, de propos qui s’accompagnent d’actes de haine (dégradation, violences, …) ou de propos graves exhortant à de tels actes.

Par ailleurs, le Centre contacte régulièrement des modérateurs de forums en ligne, en leur demandant d’effacer les propos tombant sous le coup de la loi et de mieux cadrer les échanges.

Le Centre est également en contact avec les départements concernés de plusieurs médias sociaux, qui développent leurs propres procédures pour contrer des propos abusifs. Facebook et Twitter ont la possibilité de bloquer temporairement ou définitivement des comptes, sur base des abus qui leur sont signalés par des utilisateurs.

Que pouvez-vous faire?

Enfin, pour permettre à chacun-e de réagir aux propos de haine qui circulent dans le contexte de la crise de l’asile, nous vous invitons à consulter les outils développés par plusieurs organisations à cet effet. Citons entre autres Myriatics, la lettre d’information de Myria, Centre fédéral Migration, qui met en perspective les statistiques de demandes d’asile. Citons aussi le livret développé par Amnesty international, qui vous aide à déconstruire 10 idées reçues sur la migration, ou encore les outils de sensibilisation développé par le Ciré, parmi d’autres.

Nous encourageons chacun-e à utiliser ces outils, mieux adaptés à la rapidité de l’internet et au fonctionnement des réseaux sociaux. Vous pourrez de cette manière contribuer à apporter une réponse structurelle aux discours à relents racistes qui se multiplient dans le contexte de la crise humanitaire actuelle.


Photo: France Dubois

Articles comparables