Annonce - Blood and Honour Flandre

8 Février 2011
Critère de discrimination: Racisme

Début du procès pour infraction à la loi antiracisme

Ce mercredi 9 février débutera à Furnes le procès contre trois membres de l’organisation Blood and Honour Vlaanderen, au sujet de l’organisation d’un hommage aux 'héros SS', d’un concert néonazi (Bellegem/Courtrai, 2008) et d’un concert en mémoire de Ian Stuart Donaldson, le fondateur britannique de Blood and Honour (Diksmude, 2008).

Ce procès important concerne directement toute personne liée à ces groupements et qui participe à l’organisation de concerts néonazis dans notre pays. Le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme s’est constitué partie civile sur base de l’article 22 de la loi antiracisme qui vise « quiconque fait partie d'un groupement ou d'une association qui, de manière manifeste et répétée, prône la discrimination ou la ségrégation, ou lui prête son concours ».

Jozef De Witte, directeur du Centre, assistera aux plaidoiries qui débuteront ce mercredi à 9 heures au tribunal correctionnel de Furnes. Les journalistes peuvent également s’adresser directement au Centre (via le service de presse : 02 212 30 15) pour plus d’informations.

Articles comparables

6 Octobre 2017

Le gérant d’une boucherie et un supermarché condamnés pour racisme

Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a condamné cette semaine le responsable qui gérait en 2015 la boucherie de l'enseigne Intermaché à Clabecq (Tubize). En cause, la discrimination d’un boucher intérimaire qui avait vu, en février 2015, sa mission écourtée en raison de sa couleur de peau, une décision qui avait été justifiée en raison de remarques d’un partie de la clientèle qui ne voulait pas « être servie par un noir ».

21 Septembre 2017

La discrimination des musulmans reste un problème croissant en Europe (rapport FRA)

Nombreux sont encore les musulmans vivant en Europe être confrontés à la discrimination, à la violence physique et au harcèlement alors que la plupart d'entre eux se sentent fortement liés au pays dans lequel ils vivent. C’est ce que dit la FRA (European Union Agency for Fundamental Rights) dans un nouveau rapport qui se base, entre autres, sur la réponse de quelques 25.000 personnes ayant des origines migratoires hors Europe.